Arrivée du camion. Les gens arrivent et déchargent boissons, repas chauds dans de gros pots, packs de tortillas, plats à la bonne mexiquette. Puis ils s'en vont distribuer le tout dans les buvettes. C'est qu'il faut les nourrir, tous ces occupants d'Amlopolis. Ceci dit, et bien que le campement de Reforma s'étire sur plusieurs kilomètres, ils ne sont pas si nombreux que ça, les occupants, rien à voir avec Woodstock. Pas mal de vieilles gens d'ailleurs, qui reçoivent un "salaire" d'environs 15 euros par jour payé par le parti, ce qui fait pas mal d'argent compte tenu du salaire moyen au Mexique. En échange, ils doivent endurer les violents orages quotidiens de la saison des pluies sous leur tente.

Avec la rentrée des classes aujourd'hui, les occupants ont fait l'effort de libérer les rond-points de la Diana et de l'Ángel. Sinon, le dialogue est toujours au point mort; une historienne a constaté que c'était bien la première fois que ça arrivait lors une de ces nombreuses crises politiques mexicaines depuis cent ans. L'escalade après les violences de la semaine passée a pourtant pu être évitée.

Entretemps, aux abords du campement et dans les rues adjacentes, on voit maintenant de grands posters à la gloire du mouvement, et plus encore à la gloire d'AMLO. Images de la foule en liesse, de la place centrale noire de monde, et puis aussi ceci: une vieille indigène dans la foule, les mains en prière. De la part d'elle, un geste touchant, mais le fait de montrer ce geste en photo, voilà qui nous transforme ce cher AMLO en messie venu sauver les veuves et orphelins habituels. Très vilaine récup'. Et puis, pour ce qui est des sauveurs auto-proclamés, je crois qu'on en a eu notre dose tout au long du siècle passé, assez en tout cas pour ne plus trouver grand chose de crédible à quiconque suivrait leur traces. De plus en plus mégalo, de moins en moins sympathique.  

Télécharger: The Rolling Stones - Salt of the Earth (mp3) - acheter

Rubrique "c'est quoi cette chanson?": Au risque de romantiser encore un peu plus le plantón, ce classique des Stones, un morceau qui clôture l'album Beggar's Banquet (1968). "Let's drink to the hard working people, let's drink to the lowly of birth"... Faut-il rappeler que l'album est le prototype de tous les albums des Stones qui vont suivre? Quant à la chanson, elle marque les débuts de Keith Richards aux lead vocals, même s'il ne tient qu'une strophe et repasse les rênes au Jagger tout de suite après. Voir aussi la version live sur Rock'n'Roll Circus, disponible en DVD.

Retour à l'accueil