Parmi les histoires désopilantes que peuvent vous arriver dans la bonne ville de Mexico et dont tout Chilango digne de ce nom doit au moins une fois dans sa vie faire l'expérience, il y a a) vous n'avez plus de gaz (et le vendeur de bonbonnes qui vous casse les pieds tous les matins a justement décidé de ne pas venir ce jour-là), il y a b) vous n'avez plus d'eau (ils font de la maintenance et se foutent de prévenir) et il y a c) vous n'avez plus d'électricité.

Petit c) nous est arrivé la semaine dernière. Déjà qu'on voyait venir: notre facture mensuelle était étrangement basse ces derniers mois, signe que le gars de la luz n'a sans doute pas pu pénétrer dans l'immeuble pour relever les compteurs et qu'il s'en tenait à des estimations. Pourquoi pas. Mais quand nous avons reçu une facture survoltée de plus de 5000 pesitos, on a quand-même décidé d'y aller voir de plus près; réajustement ou pas, il se pouvait bien que quelqu'un dans le voisinage s'amusait à nous piquer de l'électricité, comme ça arrive souvent.

Cependant, alors que lundi matin on réclamait poliment mais fermement au siège de la compagnie, le gars de la luz en a lâchement profité pour nous la couper. Et hop, retour au 19e siècle. Le problème financier réglé, on nous a promis de rétablir le courant en fin d'après-midi, ou alors le lendemain matin. En fin d'après-midi, hein? Quels boute-en-trains, ces gens du jus, on en a ri aux larmes. Et on s'est préparé à une soirée à la lueur des bougies. Alors bien sûr, c'est tout à fait romantique, un dîner aux chandelles, mais est-ce que vous avez déjà essayé de cuisiner aux chandelles? A mon avis, ça change tout. Et bien entendu, pas d'ordi, pas de télé, pas de DVD, rien. Je n'allais pas non plus m'esquinter les yeux en déchiffrant un roman à la lumiere plus que tamisée d'une bougie. Heureusement j'ai découvert quelques ebooks sur mon iPod et j'ai donc fini la soirée en écoutant Le Club des 5 et le marais du diable dans la pénombre. Bon, me suis-je dit, pour une soirée, ça passe.

Le lendemain, contre toute attente, aucun sbire juteux à l'horizon, on reste déconnecté. Je passe au centre commercial nous trouver une lampe à piles, j'en trouve une du genre arnaque télé-achat, mais tout de même, ça éclaire un peu mieux que les bougies. Je passe la soirée a déchiffrer une BD, Spiderman - The Birth of Venom. Pas si mal, finalement, me suis-je dit.

Le lendemain, j'étais décidé de mettre toutes les chances de mon côté. J'ai demandé à un collègue de me remplacer le matin pour ne surtout pas rater la venue du branquignol kilowattant. Plusieurs collègues, au courant (eux!) de mes déboires, m'avaient déjà prodigué force marques de sympathie; d'autres, qui craignaient qu'il leur arrivât la même chose, s'étaient empressés d'aller payer leur facture. Mais hélas, peine perdue, nous restions une autre fois cantonnés dans notre 19e siècle domestique, ma prose commençait à s'en ressentir et je terminai la soirée avec Spiderman et le marais du diable.

Au troisième jour, nous commençâmes à nous y habituer. Nous développions une acuité ma foi étonnante de nous imaginer la vie avant Edison, ce qui se reduisait certes à se coucher avec les poules et à se lever au chant du coq. Ô bonheur stupéfiant de s'apercevoir que l'aube pointe!... "Chérie, regarde! la lumière du jour!" - "Où ça? où ça?!" Bien entendu, Monsieur Zéro Volts nous fit faux-bond une fois de plus, mais d'aubade en sérénade, nous passions une journée intense et je finissai la soirée avec Le Venom des 5 et le marais du Spider.

Vint le vendredi. Qui serait suivi de deux jours non-ouvrables. Face au danger, ma meilleure moitié alla une fois de plus voir la compagnie. On lui fit comprendre qu'une éventuelle reconnexion s'effectuait dans les cinq jours ouvrables et qu'il restait donc légalement le lundi pour régler la chose. Right. Je fonçai dans le café internet le plus proche pour trouver un site sur lequel on m'expliquerait comment fabriquer en un minimum de temps une bombe artisanale. En fait, la solution était beaucoup plus proche: les garagistes du coin. "Dites, les gars, ça vous ennuyerait de nous rebrancher en douce? Sinon on va passer le week-end dans le noir..." - "Pas de problème. On vous arrange ça tout de suite." Cinq minutes plus tard, on avait l'électricité. On aurait vraiment y penser plus tôt. Morale? Perdue en cours de route.


Retour à l'accueil