En attendant Sarkozy (suite)

Publié le 8 Mars 2009

Le PR est bien arrivé, pas d'annulation en dernière minute; au lieu de ça, toute une masquerade autour de son arrivée réelle et supposée. On disait d'abord qu'il arriverait vendredi et passerait le week-end à la plage; on a dit ensuite qu'il n'arriverait que dimanche soir, non, pas de vacances, ç'aurait été trop indécent et criticable vu l'actualité. Finalement, on n'a pas dit qu'il était arrivé vendredi et qu'il a passé son week-end à la plage malgré tout, non, on a voulu garder le secret, l'opinion publique, vous savez... Il est vrai que quatre gros avions à la queue-leu-leu, ça passe complètement inaperçu. Oh, regarde, là dans le ciel, ce serait pas...? Naaan, c'est des pilotes qui profitent d'une journée de libre pour se faire une petite virée aérienne entre amis, voyons! Mauvaise stratégie que cette idée de vacances secrètes, à une époque où les nouvelles vont tellement vite qu'elles sont obsolètes avant même d'arriver. Pendant ce temps, ça discute ferme dans à peu près tous les forums disponibles.


Et bien sûr, les potins, les ragots, dont certains ne manquent pas de charme. Ainsi celui-ci (comme toujours, à vérifier): Le PR, pour son séjour dans la capitale, a fait réserver la suite présidentielle du palace où il résidra. On se dit que, effectivement, quoi de plus normal pour un président qu'une suite présidentielle? En dessous, ça fait chambre de bonne-WC sur le palier. Problème: la suite en question est occupée par Luis Miguel, chanteur extrêmement populaire dans le pays. On a donc demandé au chanteur s'il ne pouvait pas vider les lieux, puisque, sauf vot' respect, un président étranger... Luis Miguel a poliment mais très fermement décliné l'offre, a envoyé paître tout autre quémandeur, leur signifiant qu'il était vraiment inutile de le faire chanter, lui, qu'il y arrivait bien tout seul.


Autre potin (à vérifier itou): le PR, pour la réception en honneur de la Communauté française lundi au Lycée franco-mexicain, avait souhaité profiter d'une douche et d'une salle de bains à côté du bureau de la directrice. Problème: ni la douche ni la salle de bains n'existaient, il aurait donc fallu les construire rapidement... Ne voyons pas tout négatif: je suppose que par ce geste, le PR aurait voulu démontrer au peuple mexicain ébahi que contrairement aux stéréotypes, si señor, les Français se lavent, à commencer par leurs dirigeants. La directrice a refusé tout bricolage aux environs de son bureau, et le PR n'aura donc autre ressource que de s'asperger de parfums (ce qui depuis au moins Louis XIV est de toute manière nettement plus français que toute autre alternative).

N'empêche: deux (2) refus en si peu de temps?! Ouh, je sens que le PR va être d'une humeur massacrante demain lundi...

Rédigé par Gryphon

Publié dans #Mexique

Repost 0
Commenter cet article

laurange 09/03/2009 16:05

Jajaja ! ça me semble quand même un peu tiré par les cheveux tout ça !

Gryphon 09/03/2009 16:27


Quien sabe? - Peut-être ce sont justes les mythes et légendes qui entourent un chef d'état ;)