Tranströmer

Publié le 28 Avril 2012

En train de lire les poèmes de Tomas Tranströmer, et comme je ne maîtrise pas le suédois, deux traductions ne sont pas de trop. Sauf que, comme toujours en poésie (et surtout en poésie), deux traductions d'un même poème aboutissent à des résultats différents. Un exemple entre mille: un des haïkus issus de Fängelse (1958). En français, ça donne:

Nuit - un semi-remorque

Passe tout près, les détenus

Rêvent en tremblant

La même chose en anglais:

An enormous truck

Rumbles past at night. The dreams

Of inmates tremble

Rien à voir, hein? Pour cette fois-ci, c'est l'anglais qui l'emporte; l'image est plus audacieuse. 



Rédigé par Gryphon

Publié dans #Poetics

Repost 0
Commenter cet article