Run. Run fast.

Publié le 21 Octobre 2009

Quand enfin seras-tu seul,

Sous un pont, derrière une meule,

En aparté dans un boudoir

Dans une chambre, dans un couloir

Quand enfin seras-tu seul ?

 

Quand enfin seras-tu froid

Des sentiments et de leurs poids

Vidant de ta matière grise

La dernière cellule de crise

Quand enfin seras-tu froid ?

 

Quand enfin serons-nous gris

D’avoir bu jusqu’à la lie

Des boissons d’une autre époque

Aux arrière-goûts équivoques

Quand enfin serons-nous gris ?

 

Quand enfin serons-nous vifs

Conjuguant l’infinitif

D’infinis procès verbaux

Vers des horizons nouveaux

Quand enfin serons-nous vifs ?

 

Quand enfin serais-je perdue

Si fatiguée d’avoir vu

Des perditions mal agencées

Des pérégrinations forcées

Quand enfin serais-je perdue ?

 

Quand enfin serais-je libre

Ressentant dans toutes tes fibres

Un air frais de petit matin,

De grand soir, de lendemain

Quand enfin serais-je libre ?

 

(paroles de chansons pour Vol de Nuit)

Rédigé par Gryphon

Publié dans #Poetics

Repost 0
Commenter cet article