Journal de projet (1)

Publié le 3 Juillet 2011

Manière de voir, oui. Je n’ai jamais eu de sympathie particulière pour Breton, ni pour Aragon, mais me voilà tout d’un coup bombardé « spécialiste de la littérature surréaliste ». C’est du moins ainsi que Cristina me présente au directeur du MUNAL, musée du centre-ville où du reste je n’ai jamais mis les pieds. Spécialiste… Oups ? J’ai donc intérêt à le devenir assez rapidement, sous peine de me retrouver moi-même dans une situation surréaliste, tendance catastrophe.

Le MUNAL veut organiser une exposition de peintres surréalistes l’été prochain, et l’IMCINE, l’institut mexicain de cinématographie, propose une rétrospective du cinéma surréaliste en parallèle. C’est là où je suis censé intervenir : diriger le catalogue de la rétrospective et planifier la rétrospective proprement dite. Il faut trouver trois essayistes et surtout trouver les films, des photos et voir qui en détient les droits. Deadline : fin novembre.

Trois semaines après cette rencontre au MUNAL, je commence à y voir plus clair. Deux sur trois essayistes ont été trouvés, le travail avec l’équipe de l’IMCINE fonctionne à merveille  et je découvre le cinéma surréaliste mexicain – du moins sur papier, puisque je n’ai vu aucun de ces films. L’idée sera de faire dialoguer les films mexicains avec ceux d’autres pays, dont forcément en premier lieu la France, d’où le mouvement est parti.  Je n’ai toujours aucune sympathie particulière pour Breton, ni pour Aragon, mais il est vrai que le surréalisme  et les idées qui en découlent ne rompent pas  le fil d’Ariane de mes préoccupations personnelles, de Diderot en passant par le romantisme allemand, les symbolistes, jusqu’aux expressionnistes,  beatniks, psychédéliques,  punks, sans parler de quelques francs-tireurs ou plutôt francs-tireuses comme Claude Cahun, Sylvia Plath ou Linda Lê. Bref, tout ce qui a tendance à bousiller une vision conventionnelle du « réel » par le biais de la langue ou tout autre moyen d’expression artistique. 

Rédigé par Gryphon

Publié dans #Surréalisme

Repost 0
Commenter cet article