Calaverita

Publié le 11 Novembre 2010

Là-bas, ici-bas, la nuit s’illumine

En flammèches couleur orpheline couleur Eurydice

Regarde, Mort, tout est prêt pour toi et ton cortège

Laisse, cette nuit, les âmes s’amuser

Et consoler les vivants

Craintifs, crédules ou non

 

Maocyecuele onnetotilo
Yn tla xicuicacan anincahuan

 

La mort n’est pas amie

Santísima Muerte ! Santísima Muerte !

La mort n’est pas ennemie

Santísima Muerte ! Santísima Muerte !

Elle est là parmi nous, c’est tout

Santísima Muerte ! Santísima Muerte !

Elle danse elle danse

 

Onel ticyacauhque
Y tauh yn totepuh y tenochtitlan

 

Mais cette mémoire n’est pas la mienne

La mienne ? Elle est occidentale

Comme le feng shui, le raï et le koala

Comme la tomate, maïs et chocolat



Sampling náhuatl:
- Qu’il y ait de la danse / Chantez, mes frères cadets
- en vérité, nous avons abandonné notre ville Tenochtitlan
(issu de : Visión de los vencidos, dir. par Miguel León-Portilla, México 1959)

Rédigé par Gryphon

Publié dans #Poetics

Repost 0
Commenter cet article