Cafe de Noche

Publié le 20 Mai 2009

Juste après le concert, une vieille dame m'aborde: "Comment elle s'appelle, la dernière chanson que vous avez joué?" - "Euh... Feuilles Vives, mais c'est une de nos compositions." - "Et vous n'avez pas une cassette, pour que je puisse l'écouter?" - "Une cassette? Mmmnon, mais bientôt peut-être..." Elle hoche gravement de la tête, puis elle s'en va. Flashback: J'ai dix-huit ans et je joue de la gratte acoustique dans les couloirs du métro parisien. Au fil des jours, je réalise que je ne suis pas très doué pour le chant, surtout sans micro. Les parties instrumentales, par contre, ça passe. Juste après un délire en open tuning, une vieille dame me file une pièce de dix francs; elle me recommande gravement de la garder; elle a été elle-même artiste et elle veut me repasser le flambeau. Je me suis sans doute payé un billet SNCF en échange de la pièce, mais le souvenir est resté. Flashforward.

Cinquième concert, donc, et on va bientôt arrêter de les compter. Pour un groupe qui s'appelle Vol de Nuit (je vous épargne le récit des nuits blanches passées à chercher un nom qui nous convienne à peu près...), rien de plus approprié que de débuter dans un café qui s'appelle Cafe de Noche, endroit supposé promouvoir la culture dans un quartier réputé difficile mais en fait tout juste populaire. On colle notre affichette disaïné avec les moyens de bord, on fait quelques photos souvenir et on attend. Le public, par exemple. Comme on est pas encore si célèbres que ça, on démarre le concert avec une demie douzaine de zigues; tout se passe bien, on est bien plus à l'aise que lors du dernier concert où on guettait la réaction du public face aux compos. Je me gourre sur une des chansons, la chanteuse sur une autre, peu importe, l'un(e) rattrape l'autre. Dans la rue, devant le café, des gens s'arrêtent, écoutent une chanson ou deux, puis repartent. Assez cependant pour attirer l'attention des proprios des cafés, qui après le concert nous proposent de venir jouer tous les mardis à la même heure, avec pour gage un pourcentage sur les recettes de consommation. Ce n'est pas encore comme ça qu'on gagnera notre vie, mais c'est un pas dans la bonne direction.

Autre première, on se fait interviewer par un des gars du café et diffuser en live sur une radio internet qu'il a monté. Hum... on l'a fait comment, cette interview? Plutôt wock'n'woll genre "roah l'aut' eh, 'rrête des conneries, nous on fait juste d'la putain de zique qui tue sa mère"? Ou plutôt la variante intellectualiste genre "nos chansons se déclinent dans une stratégie du rhizome deleuzienne, affichant en outre une transversalité tout à fait paradigmatique d'un néo-cubisme fortuit"? Finalement, on se raconte juste ce qu'il faut, bienvenidos a Bol de Nuitttt...

Rédigé par Gryphon

Publié dans #Vie urbaine

Repost 0
Commenter cet article

éric 07/06/2009 17:06

Bonne chance pour les prochains concerts et merci de nous en donner la primeur dans ton blog.Eric ancien fleiste et chilango

MiKE 02/06/2009 10:08

Ehhhh, tu me fais une " cassette " ?! :p

Blue 22/05/2009 16:18

Eh bé, que de nouvelles z'aventures! Qu'est-ce qui t'as redonné la piqûre de la zique, Gryphon? T'as des mp3 qui traînent par ici, peut-être? :)